logofrase2

 

logo

frase2

 

Tuesday, 19 July 2016 15:03

Inversion victime-agresseur

Notre Guide Linguistique d’Auto-Défense Contre l’Antisémitisme se donne pour objectif d’identifier et de faire face aux manipulations en cas de propos antisémites. Tout en nous appuyant sur des exemples réels recensés par les observateurs de Get the Trolls Out, nous mettons en lumière les subtiles technique du discours antisémite, alliant rhétorique, appel à la haine et à la discrimination envers les Juifs. 

victim abuser reversal french large

Par Anna Szilagyi 

L’antisémitisme désigne une hostilité envers des individus juifs ou perçus comme Juifs. Certains agresseurs préfèrent éviter d’attaquer ouvertement un groupe de personnes à cause de leur origine, de leur culture ou de leur religion et optent pour la manipulation. Ainsi, dans le cadre de discours antisémites, il n’est pas rare de trouver des procédés rhétoriques visant à légitimer la haine envers les Juifs. Le plus commun et sans doute le plus manipulateur de ces procédés consiste pour les agresseurs à se faire passer pour les victimes et à donner l’impression que les Juifs, qui sont pourtant les victimes directes de l’antisémitisme, ont le mauvais rôle.

Un incident qui a eu lieu au Royaume-Uni nous permet d’illustrer cette méthode. En effet, en novembre dernier, sur un campus universitaire de Birmingham, des affiches pro-Hitler ont été placardées, sur lesquelles on pouvait voir certifié que le Führer « avait raison ». Une étudiante a courageusement dénoncé cet incident antisémite sur Twitter, avant de recevoir de nombreux messages de haine en guise de réponse. 

L’un des tweets disait : « Je suis consterné (mais pas surpris) que les Juifs continuent encore et toujours de se faire passer pour les victimes et qu’ils n’arrêtent pas de parasiter les autres ».

Cette déclaration contient au moins quatre éléments permettant de faire endosser le mauvais rôle au peuple juif :

  1. Le tweet affirme que « les Juifs se font […] passer pour les victimes », ce qui laisse à penser que ce sont des imposteurs, des personnes cherchant à manipuler les autres. Bien que l’auteur de ce post soit en train d’attaquer les Juifs, il parvient à retourner la situation en les blâmant.
     
  2. On remarque également dans le tweet la présence de plusieurs adverbes de temps, traduisant une idée de fréquence et établissant un faux contexte historique : « encore », « toujours » et « n’…pas ». En disant que les « Juifs se font encore et toujours passer pour les victimes », l’auteur du tweet insinue que le peuple juif n’a jamais été persécuté au cours de l’Histoire. Cela implique un déni de l’Holocauste, le massacre systématique du peuple juif dans lequel plusieurs millions de victimes des nazis sont à déplorer, d’autant plus que le tweet s’inscrit lui-même dans un contexte pro-nazi, en réponse aux affiches pro-Hitler.  

  3. Lorsque l’auteur du tweet affirme que les Juifs « n’arrêtent pas de parasiter les autres », il retourne encore une fois la situation et les Juifs apparaissent une nouvelle fois comme des coupables. Le ton affirmatif de ses propos renvoie l’image d’une persécution constante de la part des Juifs.  

  4. Ce tweet blesse également toutes les personnes qui avaient été offensées par les affiches d’Hitler. Il détourne l’attention du problème initial (un incident antisémite concret) vers une accusation antisémite manipulatrice (« les Juifs ne sont pas les victimes »). En d’autres termes, ce procédé rhétorique a permis à l’auteur d’insinuer que le vrai problème n’était pas une agression antisémite mais une agression de la part des Juifs.

La plupart des stéréotypes antisémites qui existent reposent sur ce type de figure de rhétorique : « les Juifs sont les éternels meurtriers des chrétiens » ; « les Juifs sont des tricheurs et piègent constamment les autres » ; « les Juifs contrôlent les médias et font du lavage de cerveau » ; « les Juifs financent et organisent des réunions clandestines dans le but d’ébranler la paix et la prospérité des nations ». Des agresseurs antisémites vont même jusqu’à accuser les Juifs d’être racistes, alors que l’antisémitisme constitue déjà une forme de racisme. Les observateurs de Get The Trolls Out en ont relevé un exemple dans Blanche Europe, un blog français : « Une fois de plus, la haine vicieuse et enracinée des Juifs contre la race blanche se dévoile ».  

Dans les discours haineux visant les Juifs, ces derniers sont toujours présentés comme des agresseurs, des personnes qui persécutent les autres. Ce stéréotype antisémite est un véritable outil de manipulation. Les victimes en réalité ce sont les Juifs ici. En les dépeignant comme des personnes dangereuses, malveillantes et malfaisantes, les agresseurs se font passer pour des victimes et rendent ainsi leurs actes antisémites acceptables aux yeux des autres, qu’ils soient verbaux ou physiques.

Leave a comment

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.

Linguistic Self-Defence Guide Against Antisemitism

Don’t miss out! Sign up to our mailing list for updates on the latest media monitoring highlights and our response to antisemitic speech.
Age
Please wait
SlideBar